Variations lexicales chinoises à partir de mots d’origine française

1
       Les variations des langues sont des phénomènes omniprésents dans toutes les sociétés. Toute les langues varient en fonction de l’évolution des sociétés .C’est dans cette mesure qu’on peut dire qu’elles sont vivantes. L’étude de ces variations est l’objet d’une science qu’on appelle la sociolinguistique.   La langue chinoise appartient à la famille linguistique dite sino-tibétaine et la langue française à la famille dite indo-européenne.  Lorsqu’une langue emprunte des mots ou des expressions à une autre langue, il y a  la  mise en oeuvre de tout un processus  d’assimilation qui concerne la phonétique ,l’écriture, la morphologie, la sémantique et la syntaxe. Il s’agit en l’occurence que les emprunts à la langue française s’intègrent de manière harmonieuse à la langue chinoise.  On peut dès lors parler de « sinisation ».

La langue chinoise a absorbé un grand nombre de mots et d’expressions d’origine étrangère qui ont contribué à son enrichissement. . C’est  le cas particulier du français,dont la plupart des mots sont d’origine greco-latine. Le système syntaxique chinois est conservateur. Il n’y a donc pas de grande variation dans ce domaine,lorsque la langue chinoise emprunte au français. En revanche, les emprunts d’ordre lexical induisent de nombreuses variations. Nous allons donc concentrer notre recherche sur les apports lexicaux français à la langue chinoise.

Selon « le  Dictionnaire  des mots chinois d’origine étrangère »  dont font partie les mots français, pour qu’il y ait une intégration harmonieuse , les mots chinois empruntés au français doivent garder une trace de leur langue d’origine. Ainsi pour le mot français « ballet » qui s’écrit en chinois « 芭蕾 »(ba lei) il y a bien une équivalence phonétique, mais d’un autre coté,les éléments lexicaux empruntés sont soumis aux règles d’assimilation de la langue emprunteuse.  Et donc, les changements sont nécessairement limités.Ainsi pour le mot « ballet », il n’est pas question de reprendre l’alphabet latin, mais il faut utiliser les caractères chinois« 芭蕾 »(ba lei).

La question que nous pouvons nous poser est donc de savoir quelles sont les variations du lexique français dans la langue chinoise, et quelle est la typologie de ces variations. Nous utiliserons comme référence donc « le  Dictionnaire  des mots chinois d’origine étrangère »

2

Qu’entend-on par lexique emprunté?

Les éléments  lexicaux empruntés  qu’on nomme « Xénismes » se réfèrent à l’absorption d’éléments de vocabulaire d’une langue  par une autre langue.  Pour bien savoir  quels sont ces éléments ,la meilleure méthode est de chercher leurs sources dans un dictionnaire. (Par dictionnaire)

     Généralement, il y a deux règles d’emprunt:

1)Les éléments lexicaux qui viennent des jargons, des dialecte ou des patois ne peuvent pas être considérés comme  emprunté puisqu’ils appartiennent à une branche particulière de la langue nationale commune.
2) En revanche , les éléments lexicaux d’une langue  empruntée provenant  d’autres langues (par exemple:les anglicismes pour le français ) ou des langues minoritaires(par exemple le tibétain pour le chinois)  peuvent servir de matériaux d’emprunt.

Notre dossier concerne les éléments lexicaux d’origine française empruntés par la langue chinoise et utilisés sur le territoire chinois.  Nous allons présenter trois types de variations: les variations morphologiques, sémantiques, phonétiques.

3

I)Les variations morphologiques

Selon  Schleider (1859) , il existe 3 types  morphologique de la langue:les langues isolantes, agglutinantes et flexionnelles.

la langue chinoise est une langue isolante, car elle   est constituée de lexèmes invariables, sans système de marques ,de conjugaisons donc sans morphologie . Un mot est l’équivalent d’un morphème qui peut se prononcer avec des tonalités différentes, dans divers registres mélodiques . La langue française est une langue flexionnelle ou  fusionnelle : la fonction du mot est indiquée par des morphèmes non segmantales et de forme variable . Un affixe peut encoder plusieurs notions. Les mots sont séparés et  leurs variations obéissent à des règles grammaticales( désinences verbales ou marquant l’accord).

Ainsi nous pouvons constater que les morphologies  française et chinoise sont complètement différentes. Si les éléments lexicaux français veulent entrer dans la langue  chinoise ,ils doivent respecter les règles grammaticales de la langue chinoise.  Voici quatre types de variations morphologiques concernant des mots chinois empruntés au français.

1. Pluriel ou singulier :le nom

4

百灵舌(P34):

Pinyin:bǎi líng shé

Mot d’origine française : planchette

Le mot français « planchette » signifie  (n.f)  1:petite planche ,2:petite table pour lever les plans (le grand Larousse 2014,P879).  Ce mot peut être utilisé au singulier « une planchette » et au pluriel « des planchettes » . Le mot chinois correspondant  « 百灵舌 »(bǎi líng shé) ne présente pas de différence de forme entre le singulier et le pluriel.

2. Le radical : le verbe

5.png

低荡(P77):

Pinyin:dī dàng

Mot d’origine française:détente

le verbe correspondant au nom est « détendre », qui signifie : 1).diminuer la tension de ,relâcher ce qui était tendu :détendre un ressort  2).diminuer la pression d’un gaz  3) faire cesser la tension nerveuse ,la fatigue ,délasser, faire disparaitre les conflits,les tensions dans un groupe (P374)

Pour ce verbe « détendre »  nous pouvons prendre deux exemples :

Pour un temps passé:Une bonne sieste a détendu ce Monsieur fatigué.(site de dictionnaire bilingue  :fayuzhushou )
2) Pour un verbe pronominal: Sa colère se détend  (site de dictionnaire bilingue :fayuzhushou)

En chinois, il n’y a pas de marques verbales qui différencient le présent, le passé, et le futur. La forme pronominale du verbe n’est pas différente de la forme simple.

3. Le genre:l’adjectif

6.png

英特纳雄耐尔(p393):

Pingyin:yīng tè nà xióng nài ěr

Mot d’origine français :internationale

Dans « le grand Larousse » (p623 ) l’adjectif « international »  a quatre formes: international,internationale,internationaux,internationales.  Il signifie ce qui a lieu entre plusieurs nations: ex: une conférence internationale. Le mot emprunté par les chinois ne prend que la  forme  féminine« 英特纳雄耐尔 »(internationale).

Nous constatons qu’un mot emprunté à la langue française par les chinois ne présente aucune variation d’ordre morphologique. En chinois, Il n’y a ni marque de genre ,ni de nombre, ni de désinences verbales.

4. La changement de nature: le nom qui devient un verbe

连诵:
Pinyin: lián sòng
Mot d’origine française : liaison(P209)

« le grand  Larousse »: nf: phon:donne la définition suivante: prononciation de la dernière consonne d’un mot ,habituellement muette ,avec la voyelle initiale du mot suivant (ex: vient-elle) (p662).  Pour les autres significations du mot « liaison », la langue chinoise possède ses propres mots.

En français , le mot « liaison » est toujours un nom, mais en chinois, il peut être utilisé comme un verbe. ex: 你连诵了吗?, traduit littéralement cela donne: est-ce que tu liaison? .  Mais la traduction française correcte est : est-ce que tu as fait la liaison?

Lorsque la langue chinoise emprunte des mots à la langue française, il n’en garde que les radicaux  en ne tenant pas compte des variations morphologiques que prennent ces mots dans la langue mère ( française).

II):Les variations  sémantiques

Lorsque la langue chinoise emprunte des mots ou des expressions à la langue française, elle ne respecte pas nécessairement la signification que prennent ces mots ou expressions  dans leur  langue d’origine . La traduction qui s’inscrit dans un double processus de décodage et d’encodage d’une langue à l’autre est donc un exercice difficile, puisque nous avons affaire à deux cultures différentes et que le langage dépend largement de ces cultures.  Les variations sémantiques sont inévitables.Nous pouvons en  distinguer trois types.

1: Traduction avec respect de la signification étymologique

Le principal objectif  des emprunts de mots étrangers est d’enrichir la langue chinoise.C’est le cas en particulier des mots qui appartiennent au domaine de la chimie:阿安酸(ā ān suān ) (arsenic) ou de la médecine :丢门诺尔(diu men nuo er)(tuménol). D’un coté, ces mots sont des termes particuliers d’une science ou d’un art , c’est ce qu’on désigne sous le nom de  « terminologie ». D’un autre coté , ils remplissent la fonction de combler le manque de mots chinois. Citons par exemple, dans le domaine économique : 卑亚税(bēi yà shuì)(P28)le péage,   dans le domaine vinicole:香槟(xiāng bīn ):le champagne(P371), puisque la France est le pays des bons vins, dans le domaine artistique: 洛可可(luò kě kě ) le style rococo.

2. Emprunt d’une signification particulière et étroite d’un mot.

Si les mots français sont polysémiques et offrent  donc une pluralité de significations, la langue chinoise n’emprunte  que celles qui n’existent pas en chinois.

Par exemple:

7.png

菲力( P124)

Pinyin: fēi lì

Mot d’origine française: le filet

Dans « le grand Larousse »,  le mot « filet » prend trois significations:1): Écoulement fin d’un liquide,d’un gaz.  2):Réseau,objet composé de mailles entrecroisées ou  réseau  de fils ou de cordages tendu au milieu d’une table (tennis de table) ou d’un terrain de sports. 3)  Morceau tendre et charnu (boeuf,veau,mouton) qui se trouve au dessous des vertèbres lombaires ou steak tartare ou filet de poisson. (p496-497)

Les chinois n’ont emprunté le mot « filet » que dans la troisième signification . En effet, les deux premières correspondent à des mots chinois déjà existants «细流 » et «  网 » .  En revanche, « le steak »  dans le « filet » n’existe pas dans la tradition culinaire chinoise. Il est donc nécessaire d’emprunter ce mot  dans le cadre d’un échange culturel concernant le domaine gastronomique.

3.  élargissement du sens du mot emprunté.

Il s’agit là un phénomène inverse: la signification  originelle d’un mot français va se trouver élargie lorsqu’il est utilisé dans la langue chinoise.

L’exemple le plus typique est 老佛爷(lǎo fó yé )  lafayette. En chinois, ce terme « la Fayette » fait référence  à la chaine de magasins français : »les galeries la Fayette », qui sont un symbole de richesse et de conformité à la mode.  Mais en même temps , ce terme existait  déjà sous la dynastie Qing ( 1616-1912  ),  pour désigner la mère de l’empereur.  Et donc aujourd’hui, il fonctionne dans la langue comme un symbole de noblesse et de pouvoir.

On peut citer un autre exemple :le mot « romantique ». L’article relatif à ce mot dans « le grand Larousse » nous dit: 1.Adjectif,relatif au romantisme: se dit des écrivains et des artistes qui se réclament du romantisme au 19siècle,la poésie romantique . 2. Qui touche la sensibilité,invite à l’émotion :un paysage romantique. 3. Se dit de qqn chez qui la sensibilité et l’imagination l’emportent sur la rationalité. (p1018)

Dans la langue chinoise, en plus de ces significations, cet adjectif peut également désigner une personne qui se livre au dévergondage (P218), et en ce sens, il revêt une connotation péjorative.  Ce mot peut aussi être utilisé comme verbe,par exemple, « 今晚我们去romantique一下 » ( ce soir,nous romantique ), traduit en français correct, cela donne:  nous allons passer une soirée romantique.

III):les variations   phonétique

1.La phonétique chinoise :le pinyin

Le Pinyin est un processus qui consiste à prononcer les caractères du mandarin.  Un caractère constitue une syllabe grâce à l’association d’une initiale, de voyelles et d’une finale. (voir annexe)

Du point de vue de la phonétique, le mandarin moderne présente les quatre caractéristiques suivantes:

1. Dans un caractère, il n’y a qu’une seule consonne ,  contrairement à la langue française, où on rencontre souvent plusieurs consonnes à l’intérieur d’une même syllabe. Par exemple le mot « strict » qui n’est composé que d’une seule syllabe ,comporte quatre consonnes : [strikt].  En chinois, si nous prenons la syllabe « zhuang », les éléments « zh » et « ng »(ang ) ne se réfèrent  respectivement qu’à un seul phonème et sont indissociables.

2. Le voyelle est  dominante, beaucoup de syllabes se composent  de voyelles. par exemple pour la syllabe :« zhuang » , « u » qui se prononce /u/ et  « ang » qui se prononce [ɑ̃]

3.De nombreuses  syllabes se terminent par une voyelle.

4. Chaque syllabe a un ton,le mandarin est en effet une langue tonale.

2. La translitération phonétique  du mot d’origine

Certains mots que la langue chinoise empruntent à la langue française  n’ont pas d’équivalent en chinois. Les caractères qui correspondent aux mots empruntés doivent respecter la phonétique française.

Shi youwei (史有为) ,un linguiste a dit  : il y  a deux procédés  d’adaptation phonétique des mots empruntés à la langue chinoise: 1.la sinisation du phonème.  2. la sinisation de la reconstruction de la syllabe.  Un autre linguiste Hu xiaoqing(胡晓清) a dit  de son coté: La reconstruction phonétique des mots d’origine française dans la langue chinoise est une reproduction. Leur phonétique est filtrée par la langue chinoise : on introduit d’abord la notion de ton , il peut y avoir aussi une augmentation ou une diminution du nombre de syllabes que peut comporter ce mot en français.
Pour ce qui est du ton, le mandarin en offre quatre, et c’est la  caractéristique majeure de la langue chinoise .

( les 4 tons du mandarin )

10.png

Chaque pinyin peut posséder différents tons, et chaque ton  peut correspondre un mot différent. C’est le cas par exemple du pinyin « ma » qui en fonction du ton sur lesquels il est prononcé prend quatre significations différentes. (voir annexe)

Il n’y a pas dans la langue française de distinction de ton, Prenons par exemple un mot   chinois d’origine française :

11
芭蕾

Pinyin: bā lěi
Mot d’origine française: ballet. (P31)
Phonétique française:[balε]

Les deux syllabes chinoises sont les mêmes que les deux syllabes françaises.Mais en chinois ,la première syllabe est prononcée sur le premier ton:bā ,et la seconde sur le troisième ton:lěi.

Selon le dictionnaire mandarin « Xinhua »:芭 bā: signifie «  vanille » . Dans la littérature classique chinoise  , on peut relever la phrase :传芭兮代舞 , qui signifie que  les jolies filles  tiennent la vanille pour danser.     Si on prononce  le pinyin « ba » sur un autre ton ,il n’y a plus l’idée de danser, mais celles  respectivement de «  père » «  tenir »et «   grève ».    De la même façon,le pinyin « 蕾lěi » prononcé sur le troisième ton évoque une fleur qui ne demandent qu’à s’épanouir. Associé au pinyin « 芭 bā », il fait naître l’idée qu’une jeune fille qui danse est jolie comme une fleur.

Cet exemple nous montre que même si nous retrouvons en chinois les mêmes syllabes  qu’en français, la prononciation ne peut pas être exactement la même, puisque intervient en chinois la notion de ton.

3.Le nombre de syllabes.

En français, les mots sont composés d’une ou de plusieurs syllabes. Les syllabes à leur tour comportent un ou plusieurs sons.On peut définir la syllabe comme un groupe de sons (voyelles et consonnes) produits en une seule émission de voix. Les syllabes se construisent obligatoirement autour d’une voyelle, qu’on appelle le noyau, qui peut être suivie ou précédée d’une ou de plusieurs consonnes. Il y a donc autant de syllabes qu’il y a de voyelles prononcées. Dans la translittération du français en chinois, le nombre de syllabes peut varier.

Alors que pour la langue chinoise , chaque caractère est l’équivalent d’une syllabe, chaque syllabe est composée d’un ou de plusieurs sons voyelles, mais  pas nécessairement d’un son consonne.  Donc pour les mots d’emprunts, il est fréquent que la langue chinoise ajoute une voyelle au mot français afin qu’il constitue une syllabe en chinois.

Prenons deux exemples contraire:

3.1 . La syllabe est plus longue:

巴洛克:(p 29)

Pinyin:bā luò kè

Mot d’origine français: baroque

Phonétique française:[barɔk]

[barɔk]  devient /bā luò kè /en chinois. En français, le mot « baroque » est constitué de deux syllabes puisqu’il comporte deux sons voyelles: [a]   et [ɔ]. Alors qu’en chinois, il est constitué de trois syllabes puisqu’il comporte trois caractères.

Dans l’exemple ci-dessus, nous pouvons voir que dans la langue chinoise , les syllabes qui correspondent aux caractères sont toujours constituées d’une seule consonne mais parfois de deux voyelles « luò », et qu’il est donc souvent nécessaire d’ajouter une ou parfois plusieurs syllabes.

3.2.La syllabe est plus courte:

12.png

啤(酒)

Pinyin: pí  (jiǔ )

Mots d’origine française:bière

Phonétique française: [bjεr]

Le mot français « bière » a deux syllabes puisqu’il comporte deux sons voyelles:  [bj] et [εr] .  Dans la langue chinoise, si on tient compte seulement de la phonétique , il est réduit à une seule syllabe:[pí ] . Mais ce caractère chinois « 啤 » n’a aucune signification en lui-même. Il faut donc lui adjoindre le caractère « 酒 » (jiǔ ) qui signifie « alcool ». La sémantique vient donc au secours de la phonétique pour donner un sens au mot emprunté.

À travers ces deux exemples on constate donc que dans l ‘exercice  de translitération d’un mot chinois emprunté au français, ce mot peut phonétiquement se trouver soit augmenté ,soit diminué.

13.png

Notre dossier a concerné les éléments lexicaux d’origine française empruntés par la langue chinoise et utilisés sur le territoire chinois.  Nous avons présenté trois types principaux de variations des mots empruntés par la langue chinoise: les variations morphologiques, sémantiques, phonétiques. Ces phénomènes de variations sont communs  à toutes les langues.Nous avons utilisé comme référence « le  Dictionnaire  des mots chinois d’origine étrangère ».

La caractéristique principale de la grammaire chinoise standard est qu’il n’y a pas de changements morphologiques au sens strict du terme .Ainsi ,pour les substantifs ,il n’y a pas de différenciation marquée entre pluriel et singulier ou entre masculin et féminin. Pour le verbe, il n’y a pas de variation de temps , de personne, ou de nombre.
Il y a donc de grandes différences entre  le fonctionnement de la langue chinoise et celui de la langue française.   C’est le pinyin qui permet  de prononcer les caractères chinois, l’intégration des mots français dans la langue chinoise nécessite une adaptation au caractère tonal de la langue emprunteuse.  Les plus importantes  variations qui frappent les mots français adoptés par la langue chinoise sont d’ordre morphologique et phonétique.
Les langues sont   l’un des éléments essentiels constitutifs de la culture d ‘un pays. Dans ce dossier, nous avons essayé de montrer en quoi il était nécessaire de bien comprendre le fonctionnement de deux langues radicalement différentes, le français et le chinois, pour permettre un rapprochement culturel entre les deux pays.

14.png
1. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2007.vosghanian_l&part=207258 La variation (socio)linguistique

2. « les familles de langues « mieux vaut les reproches des grammairiens que l’incompréhension du peuple »   http://www.francaislangueseconde.fr/wp-content/uploads/2009/09/Drop-LANGUE-Les-familles-de-langues-Ravel.pdf

3. http://www.linguistes.com/mots/variation.html Emprunts et variation lexicale

4. http://didattica.uniroma2.it/assets/uploads/corsi/135762/Lesson13.Lexical_variation_.pdf   lexical variation and change

5.  http://www.francaislangueseconde.fr/wp-content/uploads/2009/09/Drop-LANGUE-Les-familles-de-langues-Ravel.pdf)  les familles de langues Magali Ravel pour le CASNAV de paris, p28-30,

6. http://www.linguistes.com/externes/sociolinguistique.html  Les facteurs sociolinguistique d’évolution et de variation du français.

7.  M.sourdot, (1997). Morphologie et syntaxe du français, fait partie d’un numéro thématique :fonctionalisme et syntaxe du français p41-46

8. Liu Zhengyan, Gao Mingkai.(1982).A dictionnary of loan words hybrid words in chinese,Pékin. « le  Dictionnaire  des mots chinois d’origine étrangère »

9.Jiang Yanhong, Wang Qing ,(2010) Une analyse comparative des variations sur les mots empruntés de la langue chinoise et la langue russe , (École des langues étrangères, Université de Suzhou, Suzhou 250106)

10. http://www.xzbu.com/1/view-6220838.htm  les mots français d’origine étrangère  et de son influence

11. Les familles de langues Magali Ravel pour le CASNAV de paris,p28-30. (http://www.francaislangueseconde.fr/wp-content/uploads/2009/09/Drop-LANGUE-Les-familles-de-langues-Ravel.pdf) Etablissement des familles de langues

12. Morphologie et syntaxe du français,  M.sourdot,fait partie d’un numéro thématique :fonctionalisme et syntaxe du français 1997 p41-46   Le fonctionnalisme parmi quelques théories syntaxiques

13. Yang Jiangde.(1999).Le mandarin et les échanges culturels ,la presse de l’université du Pékin.p108

14. Shi Youwei, (1996).La langue étrangère et le concept du mot étranger,la réponse à des influences des mots étrangers

15.  Hu Xiaoqing,(1998).la langue étrangère,la presse de Xin Hua à Pékin ,p21.

16. Learning Chinese:A Foudation Course in Mandarin ,Juliqn K .Wheatley ,4/07, Sounds ans symbols: An overview of pinyin. Page19-page22

17.Le grand Larousse(2014)

18. http://blog.sciencenet.cn/blog-331736-343686.html   Les variations et les causes du développement de la langue: la traduction,la variation linguistique.

19..http://nccur.lib.nccu.edu.tw/bitstream/140.119/35590/5/51025105.pdf  La classification des mots d’origine étrangères modernes

20.http://nccur.lib.nccu.edu.tw/bitstream/140.119/35590/6/51025106.pdf La signification d’utilisation des mots d’origine étrangère

21.Magali Italia (2013). variation et variétés morphosyntaxiques du français parlé au Gabon,

22.martin cuajardo (2009).Modèles linguistiques et variation diatopiques:attitudes et représentations des enseignants face à la pluricetricité normative en classe d’espagnol langue étrangères ,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :