钗头凤 I Sur l’air l’aiguille de tête à phénix

钗头凤 

Sur l’air l’aiguille de tête à phénix


LU YOU


2

chāi tóu fèng

钗头凤

hóng sū shǒu ,huáng téng jiǔ ,mǎn chéng chūn sè gōng qiáng liǔ 。

红酥手,黄腾酒,满城春色宫墙柳。

dōng fēng è ,huān qíng báo ,yī bēi chóu xù ,jǐ qiān lí suǒ 。

东风恶,欢情薄,一杯愁绪,几千离索。

cuò ,cuò ,cuò !
错,错,错!

chūn rú jiù ,rén kōng shòu 。lèi hén hóng yì jiāo xiāo tòu 。

春如旧,人空瘦。泪痕红澺鮫綃透。

táo huā luò ,xián chí gé 。shān méng suī zài ,jǐn shū nán tuō 。

桃花落,闲池阁。山盟虽在,锦书难托。

mò ,mò ,mò 。

莫,莫,莫。


2

 Sur l’air l’aiguille de tête  à phénix

Mains d’un rouge envoûtant, vin d’un jaune envirant,

le printemps embellit la ville,

les saules bordent les murailles de la cité impériale.

Le vent d’est a soufflé, les retrouvailles sont tristes,

nous sommes au désespoir.

Nous nous sommes quittés et nous cherchons depuis des années.

Faute! Faute! Faute!

Le printemps est pareil,après son départ, elle a maigri.

Les larmes, rouges , ne sont pas sèches,son mouchoir de sirène est humide.

Le fleur de pêcher tombent, au pavillon de l’étang du repos.

Bien que nos serments subsistent, les lettres ne parviennent pas à destination.

OH! OH! OH!

NOTE:

vent d’est: il s’agit ici de la mère de Lu You, opposé au mariage entre son fils et Tang Wan.
mouchoir de sirène: selon une légende,des mouchoirs tissés par sirènes.

        L’ex-épouse du poète ( Tang  wan) n’a pas obtenu la faveur à la vue de sa mère (les vents  d’est), ainsi elle a été donnée un divorce par la force. Et le jeune poète (LU You) ne pouvait rien faire d’autre que d’obéir à la volonté de sa mère en tant que piété filiale, de sorte qu’il fut séparé de sa femme ce qu’il a bien aimée. Et quelques années plus tard, e poète  a visité  par hasard son ex-épouse Tang wan, et elle lui a offert son vin préféré, des vieux temps qui a allumé les souvenirs du vieux amour qui n’a jamais été Dispersé dès le début, ainsi le poète a écrit un de son morceau le plus célèbre comme ci-dessus.

Pour nos amis anglophones (translate by internet):

5

Chai Tou Feng (Phoenix Pin) –

Lu You (陸游)

 

(Song Dynasty1125-1210)

Your beautiful soft hands,
And my sealed yellow wine,
Spring painted willow green, shaded all the town walls.
But the unkind east winds blew,
Swept our affection into cold.
A chest full sorrow chained me,
How many years separate grief?
Mistake! Mistake! Mistake!

Spring is the same old,
But you are getting slim,
You tears marked, wet and drenched the silk sleeve.
The peach flowers are falling,
And pond is still, the chamber is quite.
Our mountain-swear is there,
But the brocade letter will never be delivered.
Moan! Moan! Moan!

Note:

The poet’s ex-wife (her last name was Tang) did not obtained favor in the sight of her mother in law (the unkind east winds), so she was given a divorce by force, and was dismissed. And the most famous young poet could not do anything but to obey his mother’s will as filial piety, so he was separated with his beloved wife. And some years later, that some how the poet by chance visited his ex-wife Tang, and she offered him his favorite wine (she might saved it for him to come) of the old times that kindled the memories of old love that never been dispersed from the beginning, so the poet wrote one of his most famous piece as above. I am lucky to have a very kind and loving east wind that breezes mildly to me:), if I get a wife like Lu You’s wife or any wife, my east wind is gonna write emotional poem:) surely all the spring breeze!:)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :