L’amour entre fée et diable 苍兰诀

La série suit un démon nommé Dongfang Qingcang et la fée Xiaolanhua. Dix mille ans après que la déesse de la tribu Xilan ait été exterminée par le puissant Dongfang, elle renaît sous le nom de fée de rang inférieur Xiaolanhua. Afin de se libérer d’une malédiction dont il souffre, Dongfang doit sacrifier l’âme de Xiaolanhua. Cependant, dans le processus, le puissant diable tombe amoureux de la douce et charmante fée.

Danse de la manche d’eau 水袖舞(Shuǐxiù wǔ)

Danse de la manche d’eau 水袖舞(Shuǐxiù wǔ)


La danse en Chine a une longue histoire. Certaines danses actuelles, comme la danse à manches longues, sont attestées au moins depuis la dynastie Zhou (vers 1045-256 avant notre ère). L’art de la danse en Chine a atteint son apogée sous la dynastie Tang (618–907).

Les manches d’eau sont les extensions en soie blanche des manches des vêtements utilisés dans l’opéra chinois. 水袖 Shuixiu peut être traduit littéralement par « manches d’eau », faisant référence à un ensemble de divers mouvements effectués avec ces manches doubles en soie blanche attachées aux poignets d’un costume, évoquant ainsi l’eau qui coule et tourbillone.

L’histoire des manches longues

La danse à manches longues a fait son apparition en Chine pendant la dynastie des Zhou (1046 à 256 avant JC). Cependant, c’est sous la dynastie Ming (1368 à 1644 de notre ère) que les manches d’eau ont été mises en valeur dans les théâtres. Au début, les manches à eau étaient faites de tissu ordinaire. Mais très vite, la soie a été utilisée. Dans le confucianisme, les manches extra-longues sont liées à la conduite morale. Les manches d’eau permettent au danseur d’exécuter de beaux et enchanteurs mouvements de mains qui seraient impossibles à réaliser avec des manches normales.

Pour effectuer des mouvements avec les manches longues, les danseurs doivent bouger leur corps de manière exacerbée. Cela leur demande une grande force intérieure. La maîtrise du mouvement de ces manches permet au danseur de transmettre diverses émotions telles que la joie, la tristesse, l’innocence ou le chagrin avec un plus grand impact, et ainsi, de captiver le public.

Référence principale : https://www.visiontimes.fr/chine-ancienne/tradition/la-danse-chinoise-des-manches-longues-6081

Danse du paon / Danse de l’ethnie Dai

Danse du paon / Danse de l’ethnie Dai

L’ethnie Dai est l’une des 56 minorités nationales que compte officiellement la Chine, installée principalement dans le sud de la province du Yunnan. Leur religion est le bouddhisme. Les Dai sont des danseurs et chanteurs exceptionnels.

La danse du paon est une danse folklorique traditionnelle qui décrit la beauté et le mouvement des paons.

Le paon en tant que totem du peuple Dai, est un élément essentiel des aspects culturels et spirituels du peuple Dai. La danse du paon,la plus célèbre et traditionnelle parmi les danses folkloriques du peuple Dai, est particulièrement répandue à Ruili, Luxi situé dans la préfecture autonome de Dehong Dai et Jingpo, Mengding, Mengda, Jinggu Dai et le comté autonome de Yi, le comté autonome de Cangyuan Va et les autres régions d’habitation du peuple Dai.

Il existe deux types différents de la danse traditionnelle du paon du groupe ethnique Dai en Chine. L’une est la danse du paon avec le port d’un support lourd en bambou, soie et autres matériaux qui imitent la plume d’étirement d’un paon. Un seul support peut peser jusqu’à 20 kilos et sera fixé au dos et à la taille de l’artiste. L’autre est la « danse du paon sans armes ». Les interprètes n’ont pas besoin de porter de support lourd. Les tambours à pied d’éléphant, les gongs et les cymbales sont les instruments d’accompagnement habituels de la danse du paon.

Vidéo by imagesdechine.com – danseuse Lian CHEN

La danse du paon du groupe ethnique Dai a une très longue histoire et est étroitement liée à leur culture ethnique distinguée. Toute occasion de festival ou célébration telle que le festival annuel de l’eau et le festival de fermeture / ouverture de la porte est accompagnée de la danse du paon, pour exprimer la joie et le bonheur.