Voyage & Le jardin du Maître des filets à Suzhou.

Le jardin du maître des filets 苏州网狮园


Artcile and photos by   Viviane Garrel


7

Grâce à mes notes archivées, je reprends la suite de notre périple chinois.😊
De Luoyang nous avons pris le train de nuit pour rejoindre Suzhou à 11h du matin. Suzhou, vue du train, est aussi impressionnante que les autres villes déjà visitées, surtout les banlieues. Des quartiers d’habitations pavillonnaires commencent à remplacer les multiples groupe d’immeubles de plus de 30 étages. Une brume épaisse écrase toute la cité. A Suzhou, notre nouveau guide nous attend. Il est bien jeune, et paraît très timide. Apparemment nous sommes son premier groupe de touristes français, mais nous essayons de le mettre vite à son aise en faisant preuve de compassion à son égard.
Nous déjeunons dans un très bel établissement niché au fond d’une ruelle, où le jardin nous donne un léger aperçu de nos prochaines visites. Quelle circulation! Notre minibus se fraye une place parmi les nombreux bus et taxis qui se disputent, à fort cris et insultes, devant notre lieu de visite. De l’extérieur, rien ne nous dit que nous allons découvrir un jardin merveilleux.Nous passons de l’agitation urbaine survoltée, stressante et polluée dan un monde empreint de beauté et de zénitude.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

A l’entrée de la demeure, une superbe laque incrustée de nacre représente le  » Jardin du Maître des Filets ». Pour nous tous, c’est une première ! Enchantement unanime ! Une splendeur ! Un calme insolite et bienvenu nous invite à plonger au sein de cette enceinte entièrement créée par un amoureux de la nature. Tout y est en harmonie, les pavillons de style traditionnel chinois, les bassins, les divers jardins, les plantes bien ordonnées donnant l’impression d’un agencement naturel. Les bassins reflètent tels des miroirs pavillons et jardins dans une perfection totale. Nous oublions complètement la vie trépidante et bruyante qu’il y a derrière ces murs.

13

14

Les belles carpes KoÏ des bassins amusent petits et grands. Les allées nous invitent à la curiosité pour découvrir encore un jardin différent là, une magnifique tonnelle de glycine ici, des cours intérieures là bas, vers un dépaysement total. Ce jardin fait partie des « Jardins Classiques de Suzhou » , site inscrit au patrimoine mondial , et nous laisse sans voix. C’est un espace dédié à la contemplation, à la zénitude. Il nous retient par ses charmes naturels, son ambiance de béatitude et de bien-être

 


-5ccdd5a5-07b8-4095-9356-657fac10c662 copie


All other articles by  the author   Viviane Garrel

  1. Le Temple Shaolin
  2.  XI’AN ville chargée d’histoires.
  3. L’Armée en terre cuite de QIN SHIHUANGDI
  4. L’armée en terre cuite des Qin.
  5. Beijing , et sa grande mutation Voyage & Le Temple du Ciel
  6. La Cité Interdite
  7. La place Tian An Men à Beijing.
  8. La Voix des Esprits ou Voix Sacrée à Beijng.
  9. Le tombeau Ming de Changling à Beijing
  10. Les cloisonnés de Beijing
  11. La Grande Muraille à Beijing
  12. Voyage & Le Temple du Ciel
  13. Luoyang , une ville nouvelle en pleine évolution.
  14. Les grottes de Longmen
  15. Entre Dengfeng et Shanghaï , la campagne besogneuse rurale .
  16. Entre Dengfeng et Shanghaï , la campagne besogneuse rurale .

EVENEMENT 🙆‍♀️🙋‍♀️POSTCARDS FROM CHINA – before 15th July

🙆‍♀️🙋‍♀️POSTCARDS FROM CHINA


Même si je ne vous connais pas, j’aimerais vous écrire des mots chaleureux.

☺️☺️☺️

2.jpg

(Photo by Daniel)

Je retournerai en Chine pendant les vacances d’été. Amis qui souhaitent recevoir des cartes postales, veuillez laisser votre adresse, votre nom (ou les paroles que vous souhaitez par message privé ) avant le 15 juillet.

 


Even I don’t know you, I’d like to write you warm words.
😊😊😊

1

(Photot by l’atelier des augustins)

I will return to China during the summer holidays. Friends who wish to receive postcards, please leave your address, name (or any words you wish by private message) before15th July.

Trish & Liu Xin / Deux présentatrices, l’une chinoise et l’autre américaine, s’affrontent à la télévision : Est-ce un débat ou une interview ?

Trish & Liu Xin 

Deux présentatrices, l’une chinoise et l’autre américaine, s’affrontent à la télévision : Est-ce un débat ou une interview ?


Article by CHEN Lain

 

 

Vidéo by youtube
Trish & Liu Xin

Liu Xin, présentatrice de CGTN de China Media Group, et Trish Regan, présentatrice du Fox Business Network, ont donné à 8h25 le 30 mai heure de Beijing (le 29 mai à 20h25 HAE), un «dialogue / débat transocéanique» public de 16 minutes sur des sujets tels que les frictions sino-américaines : les seuls droits de propriété, Huawei, les droits de douane, le statut de la Chine en tant que pays en développement et le prétendu « capitalisme d’État » du point de vue des États-Unis.
Il s’agit de la première confrontation entre présentatrices chinoise et américaine, que certains jugent comme un grand spectacle dans l’histoire de la télévision.
Trish Regan affirmant qu’elle ne représentait pas l’administration Trump, et Liu Xin est le porte-parole du Parti communiste chinois : « My guest is the part of Communist Party of China ». Mais cela a été rapidement corrigé par Liu Xin : Je ne suis pas membre du Parti communiste, je vous parle aujourd’hui en tant que journaliste de China International Television. Dans son introduction, Liu Xin s’est ainsi exprimée : « Merci beaucoup, Trish, merci de m’avoir donné cette occasion. Je n’ai jamais pensé à pouvoir dialoguer directement avec vous et avec les nombreux auditeurs aux États-Unis. » Mais cette introduction de 30 secondes a été interrompue plusieurs fois par Trish.

1. Sur la guerre commerciale sino-américaine : la guerre commerciale n’est pas une bonne chose.

0.png

Trish :Pouvez-vous évaluer la situation de la Chine et des États-Unis dans la guerre commerciale? Pensez-vous que la Chine et les États-Unis pourraient parvenir à un accord?
Liuxin : Je ne sais pas. Je n’ai pas non plus d’informations privilégiées sur les dossiers. Tout ce que je sais, c’est que la dernière conversation entre la Chine et les États-Unis a échoué. Je pense que les deux côtés réfléchissent à la prochaine étape. Je pense que le gouvernement chinois a clairement énoncé sa position, qu’il espérait que les États-Unis pourraient respecter l’équipe de négociation chinoise et ne pas exercer de pression sur l’extérieur. Cela est susceptible de déboucher sur un accord fructueux. Si les États-Unis ne respectent pas le dialogue, cela pourrait provoquer un conflit prolongé. Je pense que la guerre commerciale n’est pas une bonne chose pour les deux pays.

 

Trish : Les guerres commerciales ne sont jamais bonnes. Je veux croire que quelque chose peut être fait. « 

 

2. Sur la propriété intellectuelle : nous pouvons bénéficier et améliorer mutuellement.

6

7

Trish : Parlons maintenant de la question la plus importante, la question des droits de propriété intellectuelle entre la Chine et les États-Unis. Nous savons tous qu’il est mal de voler les choses des autres. La Chine est membre de l’OMC, et le FBI dispose de nombreuses preuves montrant que la Chine a volé beaucoup de secrets des États-Unis, impliquant des centaines de millions de dollars.
De nombreuses entreprises américaines qui investissent et installent des usines en Chine, subissent d’importantes pertes, le problème dont nous parlons étant la perte de centaines de millions de dollars et non de 50 centimes.

2.png

 😊😄😂😊😄

Liuxin : Trish, je pense que vous devriez demander aux hommes d’affaires américains s’ils sont disposés à investir en Chine et à réaliser des bénéfices. Je pense qu’ils vous donneront la réponse. Jusqu’à présent, pour autant que je sache, de nombreuses sociétés américaines se sont installées en Chine et sont très rentables. La grande majorité d’entre elles prévoient de rester et explorer le marché.
Maintenant, les actions du président américain Trump ont rendu ces investissements quelque peu difficiles, rendant les perspectives du commerce sino-américain incertaines.
Je ne nie pas qu’il y ait des problèmes de droit d’auteur, de piratage ou même de vol de secrets commerciaux, je pense que cela doit être réglé. Et le gouvernement chinois, le peuple chinois, ainsi que moi-même, pensons qu’il s’agit d’un consensus à trouver, car sans la protection des droits de propriété intellectuelle, aucun pays ni individu ne peut se développer. Je pense donc qu’il y a un consensus très clair là-dessus en Chine.
Certains cas montrent que des individus ou des entreprises volent. (…) Vous ne pouvez pas simplement dire que parce que ces cas existent, les États-Unis volent ou la Chine vole, et que tous les les Américains et les Chinois volent. J’estime que cette déclaration en blanc est vraiment inutile.
 
0
 😄😂😊😄😂😊
Trish : C’est plus qu’un simple point de vue. Il s’agit d’un rapport multidimensionnel, avec y compris des éléments de preuve de l’OMC.
Nous convenons tous que nous devons faire des affaires avec les autres sur la base de la confiance. Et vous ne voulez pas que les gens volent des informations précieuses que vous avez développées pendant des décennies.
En tout cas, la Chine a demandé aux entreprises de technologie de travailler pour l’armée et le gouvernement en 2017. Donc, ça ne concerne pas seulement une entreprise. Cela pourrait être l’occasion pour la Chine d’avoir accès à la technologie. C’est une différence subtile. Mais je comprends que le marché américain ne se félicite pas de l’entrée de la Chine, et que cela contribue à frustrer la Chine.
Je pense que vous avez un moyen d’entrer sur notre marché et que vous devez partager avec nous la technologie de pointe que vous avez développée. Pensez-vous que cela est réalisable?
 
Liuxin : Je pense que si cela est basé sur la coopération, si nous apprenons l’un auprès de l’autre, dans un esprit de bénéfice mutuel et réciproque, et si l’on veut payer pour avoir ces technologies de pointe, c’est tout à fait réalisable. Nous pouvons avoir des bénéfices mutuels. Pourquoi pas? Nous apprenons les uns des autres et progressons les uns vers les autres. J’étudie l’anglais auprès de professeurs américains et d’amis américains, (…) Je pense que tout le monde doit faire cela et s’améliorer.
5

4

3

2

3. Sur le statut de pays en développement de la Chine : cela dépend de votre définition des pays en développement.

Trish: Je pense que le monde dans lequel nous vivons est libéral économiquement et attache de l’importance aux droits de propriété intellectuelle. Il est contrôlé par une série de lois. Donc, si nous voulons avoir cette confiance les uns aux autres, nous devons tous suivre les règles et respecter la Loi. Mais je pense que vous avez avancé de très bons points de vue.
Maintenant, permettez-moi de parler de la Chine. La Chine est maintenant la deuxième plus grande économie du monde. Quand la Chine décidera-t-elle de renoncer à son statut de pays en développement et quand cessera-t-elle d’emprunter à la Banque mondiale?
Liu Xin : (….)La Chine est forte et nous voulons tous être forts. Nous voulons grandir, nous ne voulons pas être nains, pauvres ou sous-développés. Mais cela dépend de la façon dont vous définissez les pays en développement. Si vous regardez la superficie globale de la Chine, la taille globale de l’économie chinoise. Oui, nous sommes un grand pays, mais n’oublions pas que nous avons une population de 1,4 milliard, soit plus de trois fois la population des États-Unis.
Donc, si vous divisez la deuxième plus grande économie du monde en PIB par habitant, je ne pense pas que ce soit un sixième des États-Unis, ou même aussi bon que certains des pays les plus développés d’Europe. Alors, dites-moi, dans quelle position devrions-nous nous mettre?
(…)  Le monde attend de nous que nous fassions plus de choses dans le monde. Nous faisons aussi cela. Nous contribuons aux affaires des Nations Unies. Nous sommes le principal contributeur mondial à la mission de maintien de la paix humaine des Nations Unies. Nous faisons des dons et fournissons une aide humanitaire parce que nous savons que nous devons grandir.
 

1

4. Sur les droits de douane : réduire les tarifs est une bonne idée, mais si un côté veut changer les règles, il doit y avoir un consensus entre les parties impliquées.

Liuxin : Trish, Pourquoi ne nous débarrassons-nous pas des tarifs douaniers. J’ai lu certains de vos commentaires et je vous suis reconnaissant de penser que la Chine peut abaisser certains droits de douane. Ce que je veux dire, c’est que je suis entièrement d’accord avec vous. Le taux de taxe moyen de la Chine sur les marchandises américaines en 2006 était en fait de 9,9%, soit presque trois fois le tarif américain. J’ai une bonne idée. Ne pensez-vous pas qu’il serait moins cher pour les consommateurs américains d’avoir des produits de la Chine? Pour les consommateurs en Chine, il serait donc mieux que les produits venant des Etats Unis soient aussi moins cher. (…)
Mais vous avez parlé d’un système basé sur des règles. Si vous souhaitez modifier les règles, il faut que ce soit par consensus. Fondamentalement, le tarif dont nous parlons ne pas simplement un tarif entre la Chine et les États-Unis. (…)
Il est donc difficile de parvenir à un consensus. Pour leur propre bénéfice, les États-Unis peuvent décider dans quelle mesure ils peuvent se mettre d’accord ou dans quelle mesure ils peuvent faire quelque chose. Personne ne pointe une arme sur leur tête, il s’agit d’une décision prise par chaque pays en fonction de ses propres intérêts.
 

10

5. Sur le modèle économique de la Chine : « socialisme aux caractéristiques chinoises »

Trish : Comment définissez-vous le capitalisme d’État? Votre système économique est très intéressant.
Liu XIn:Nous voudrions le définir comme un« socialisme aux caractéristiques chinoises », où les forces du marché jouent un rôle dominant dans l’allocation des ressources. Nous voulons qu’il s’agisse d’une économie de marché, mais il existe certaines caractéristiques chinoises: certaines entreprises d’État jouent un rôle important mais décroissant dans l’économie. Tout n’est pas géré par l’État. Nous sommes très très ouverts aussi. Si vous examinez les données, par exemple, 80% des salariés chinois sont employés par des entreprises privées. 80% des exportations chinoises sont effectuées par des entreprises privées, ainsi que 65% des innovations technologiques. Et ce sont quelques-unes des plus grandes entreprises privées qui affectent nos vies, comme certaines sociétés Internet ou certaines sociétés de technologie 5G. (…)
Nous sommes une économie socialiste avec des caractéristiques chinoises, Mais tout n’est pas contrôlé par l’État. Nous sommes en fait assez mixtes et variés. Nous le rendons dynamique et notre pays est en fait très ouvert.
Trish : Vous devez rester ouvert. Ensuite, vous obtiendrez un gagnant-gagnant. Personne ne veut une guerre commerciale, mais nous devons bien réfléchir aux prochaines étapes.

 

01

3