Expression idiomatique: La bécasse et la palourde

La bécasse et la palourde

 


Une palourde se trouvait dans une rivière, à son aise grande ouverte au soleil. Cependant, un oiseau d’eau à la recherche de nourriture l’aperçut.

2
La sauvagine la survola et utilisa sa bouche pointue pour becqueter sa chair et voulut la manger. La palourde se referma immédiatement et ne se relâcha pas. Le bec de la sauvagine se trouva pincé étroitement par la palourde si bien qu’elle ne pouvait plus bouger. Elle pensait: « Il ne pleuvra pas aujourd’hui, il ne pleuvra pas demain, vous allez devenir une palourde morte. » La palourde pensait également: « Je ne vous laisserai pas partir aujourd’hui, je ne vous laisserai pas partir demain, vous deviendrez un oiseau mort. » Les deux continuèrent ainsi et personne ne lâcha prise. Peu de temps après, les deux furent attrapés par un pêcheur qui passait par là.

1

C’est une histoire datant de l’ancienne période des Royaumes Combattants Chinois. À ce moment-là, le royaume de Zhao planifiait l’attaque de celui de Yan. Une personne nommée Su Dai alla voir le roi de Zhao et utilisa cette histoire pour le convaincre d’y renoncer.

3.jpg
Le royaume Zhao et le royaume Yan étant tous deux de petits royaumes, s’ils persistent à lutter l’un contre l’autre, ils seront finalement éliminés par le royaume Qin, qui est beaucoup plus fort qu’eux. Lorsque le roi Zhao entendit ces paroles de bon sens, il décida de renoncer à attaquer le royaume Yan. Cette histoire est depuis devenue un idiome appelé « 鹬蚌相争,渔翁得利 » Quand la bécasse et la palourde décident de se quereller, c’est le pêcheur qui en tire profit.

Zhang Qian

Zhang Qian


 

0

Zhang Qian (张骞 Zhāng Qiān ), fut un explorateur et envoyé impérial chinois du IIe siècle av. J.-C., à l’époque de la dynastie Han.  Il fut le premier diplomate officiel à ramener des informations fiables d’Asie centrale à la cour de l’empereur Han, Wudi le « Guerrier » (-141 – -87). Il joua un important rôle de pionnier dans la colonisation et la conquête par la Chine de la région appelée aujourd’hui Xinjiang. Les voyages de Zhang Qian sont aujourd’hui étroitement associés avec l’histoire de la Route de la soie.

Est-ce qu’en chinois on utilise le lion pour symboliser le courage?

Est-ce qu’en chinois on utilise le lion pour symboliser le courage?


Article by Chen Lian

1

Le français utilise le lion pour désigner le courage.

狮子Shīzi lion: avoir mangé du lion

Depuis très longtemps, en occident, le lion est considéré comme un animal noble, fort, courageux, mais aussi agressif et cruel. … L’expression suppose que celui qui a mangé du lion en a récupéré ses qualités et est devenu aussi énergique ou agressif que lui.

0.jpg

En chinois, les expressions sur le lion sont rares du fait de la méconnaissance de cet animal, présent naturellement uniquement en Afrique et en Asie occidentale.

Selon louvrage Yì yú ǒu shí : la préservation de lhistoire des Tangs par le peuple »1 de Yang Xianyi, le lion nexistait pas en Chine autrefois. Il vient de l’Inde, et son nom « 狮子 » (lion) est issu de la transcription phonétique du nom sanscris « simhala », « sielediba » ou « sirandib ». Louvrage «Livre des Han postérieurs » par Si Mabiao2 relate que c’est grâce à l’empereur Zhang Qian3 en 87 avant J.-C qu’un un lion a été envoyé en Chine depuis l’Iran pour la première fois.

Lorsque le bouddhisme a été introduit en Chine à partir de l’Inde, l’image du lion dans les écritures bouddhistes a commencé à être connue. Le lion est l’incarnation du courage et de la justice dans le bouddhisme.

Pour décrire quelqu’un de courageux, les chinois diront quand à eux plutôt:

熊心豹胆 (ours, le cœur, léopard, vésicule biliaire)

Pinyin: Xióngxīnbào dǎn

TL: le cœur de lours, et la vésicule biliaire du léopard, signifie qn de brave; daudacieux, de courageux.

1 杨宪益先生《译余偶拾·民间保存的唐》

司马彪《续汉书》中说:章帝章和元年(87),安息国遣使献狮子。

3  Zhang Qian (张骞 Zhāng Qiān ), fut un explorateur et envoyé impérial chinois du IIe siècle av. J.-C., à l’époque de la dynastie Han.  Il fut le premier diplomate officiel à ramener des informations fiables d’Asie centrale à la cour de l’empereur Han, Wudi le « Guerrier » (-141 – -87). Il joua un important rôle de pionnier dans la colonisation et la conquête par la Chine de la région appelée aujourd’hui Xinjiang. Les voyages de Zhang Qian sont aujourd’hui étroitement associés avec l’histoire de la Route de la soie.