la poésie chinoise classique de Wang Wei

1
Wang Wei (chinois 王維 ; pinyin: Wáng Wéi), né en 701, mort en 761 , est un poète, un peintre, et un musicien chinois de la dynastie  Tang .
Ici,nous vous présentons deux poésies de Wang Wei:
1.
1
山居秋暝
空山新雨后,天气晚来秋。
kōng shān xīn yǔ hòu ,tiān qì wǎn lái qiū 。

明月松间照,清泉石上流。

míng yuè sōng jiān zhào ,qīng quán shí shàng liú 。

竹喧归浣女,莲动下渔舟。

zhú xuān guī huàn nǚ ,lián dòng xià yú zhōu 。

随意春芳歇,王孙自可留。

suí yì chūn fāng xiē ,wáng sūn zì kě liú 。
traduction:
Vide, la montagne, après la pluie toute neuve
L’air : on sent venir l’automne tardif
Luisante lune luit parmi les pins
Claire fontaine sur les pierres coule
Bambous de bruire : retour des lavandières
Lotus de bouger : la barque du pêcheur
A loisir on repose,effluves printaniers
Pour le petit prince, des raisons de rester.
2.
2
《送别》
下马饮君酒,问君何所之。
xià mǎ yǐn jun jiǔ ,wèn jun hé suǒ zhī 。

君言不得意,归卧南山陲。

jun yán bú dé yì ,guī wò nán shān chuí 。

但去莫复问,白云无尽时。

dàn qù mò fù wèn ,bái yún wú jìn shí 。
traduction:
Une fois à bas du cheval, je t’ai versé de l’alcool
Je t’ai interrogé : ‘Où vas-tu ?’
Tu m’as dit : ‘Je ne suis pas heureux !
Je rentre aux coteaux du mont sud ’
Eh bien, je n’ai pas à interroger davantage.
Les nuages blancs sans fin, à ce moment !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :